Issu de sources diverses ( phonographes de Édouard-Léon Scott de Martinville ou forum « www.son2teuf.org » par exemple), le projet vise à construire une machine à graver du son sur un support physique de manière archaïque. Qu’est-ce que cette machine obsolète apporte de nouveau au progrès lorsqu’elle est construite en 2016 ? La réponse se trouve sûrement dans une réflexion sur le « low-tech » et la place de l’homme qui actionne l’outil. La place de l’artisan est alors mise au cœur du sujet lors d’une vidéo de 5 minutes qui montre la relation fusionnelle entre l'homme et le travail qu’il fournit pour construire un disque, de la matière première, à la gravure sonore jusqu’à la diffusion de cette mémoire figée.